Entretien avec Michael Dudok de Wit

Dans ce post, j’aimerais exprimer ma profonde gratitude à Michael Dudok de Wit. Le cinéaste a accepté de m’accorder une interview dont j’avais besoin pour ma thèse de master sur l’expression non verbale dans le cinéma d’animation. Timothy Reckart a également accepté d’être interviewé.

La Tortue rouge : pas de dialogue en 80 minutes

Le film de Dudok de Wit, La Tortue rouge, a été une grande source d’inspiration pour moi. J’aime le style du cinéaste et son expression silencieuse, qui rend le film si particulier.

J’étais curieux de découvrir l’approche consistant à créer un long métrage d’animation entier sans dialogue. Était-ce dans l’intention de Dudok de Wit de travailler avec ce beau silence pensif – comme il l’a fait dans ses précédents courts métrages d’animation ? Je voulais également savoir ce que cela signifiait pour lui de raconter toute une histoire de vie dans un silence verbal. Selon le réalisateur, l’histoire prévoyait déjà quelques lignes de dialogue au début. Mais ensuite, les voix ne semblaient pas justes. Lorsque cette décision a été prise de faire le film entièrement sans dialogue, le cinéaste a ressenti un grand soulagement.

Though it would be challenging, the story would now take on a subtle, mythical quality, which is a quality that I really wanted to explore“, écrit Dudok de Wit. Et il a réussi.

Father and Daughter

Father and Daugther est la première œuvre que j’ai vue de cet artiste exceptionnel, et elle m’a beaucoup touchée.

Michael Dudok de Wit: My short films and the short films of many other filmmakers are dialogue-free. I was therefore well aware that, though the verbal language is one of the popular languages used in filmmaking, it is not necessarily an indispensable language.

L’interview de Michael Dudok de Wit a été un grand enrichissement pour ma thèse de master, qui a été très bien notée. Je suis très reconnaissant et heureux d’avoir été en contact avec un artiste aussi formidable.